Deux physios sans frontières

Flying Doc
01 octobre 2014 / Par / 0 Commentaire

Quand Amélie Simoneau a annoncé un matin de janvier qu’elle partait en mission de collaboration en Afrique avec Physiothérapie Sans Frontières, il n’en fallait pas plus pour convaincre son amie Isabelle Lacasse d’embarquer dans l’aventure. C’est donc ce vendredi que les deux physiothérapeutes québécoises s’envoleront pour la ville de Moshi, en Tanzanie.

Cliniciennes, femmes d’affaires, membres d’association, mères de famille, les deux amies ne sont pas à leur premier accomplissement. « On est deux énervées dans la vie », lance à la blague Isabelle qui décrit ce voyage de réadaptation humanitaire comme une belle aventure d’introspection.

Questionnée sur le sujet quelques jours avant leur grand départ, Amélie décrit ce projet comme un « beau cadeau de 40 ans ». Les deux femmes se connaissent depuis 3 ans par l’entremise de leur implication au sein de la Fédération des cliniques privées de physiothérapie du Québec. Avec cette collaboration humanitaire, elles ont vu l’opportunité de participer au rayonnement de leur savoir professionnel à l’international.

La physiothérapeute de Drummondville Amélie Simoneau

La physiothérapeute de Drummondville Amélie Simoneau

La route des défis                   

Au départ, leur implication devait se faire auprès de la clientèle pédiatrique, mais à quelques semaines de préavis la mission a été avortée pour des raisons politiques. Déçues par cette annonce, les deux physiothérapeutes ont vu ce changement impromptu comme un présage de ce qui les attendait là-bas. « On s’est dit qu’il fallait toujours être prêtes aux revirements de situation », explique Amélie définitivement résolue à tirer tous les bénéfices que cette aventure lui apportera.

Mutées à l’Hôpital St-Joseph de Moshi avec une clientèle orthopédique adulte, Isabelle et Amélie ont donc fait leurs devoirs. Elles ont étudié l’organisation, la population et de quelle façon elles pouvaient contribuer favorablement à cette mission.

La physiothérapeute de Saint-Anselme Isabelle Lacasse

La physiothérapeute de Saint-Anselme Isabelle Lacasse

Guillemets-ouvrantsEn Tanzanie, il y a 350 physios pour une population de 45 millions d’habitants! On a dû analyser le pourquoi et le comment de la physiothérapie là-bas Guillemets-fermeture
 -Isabelle Lacasse, pht

Les spécialistes de la physiothérapie tanzaniens peuvent prescrire des médicaments ou des examens diagnostiques. Par contre, ils ont peu accès à des instruments d’évaluation ou de traitements. « Ils ne touchent même pas au patient, c’est une approche très différente de la nôtre qui travaillons beaucoup avec la thérapie manuelle », donne comme exemple Isabelle.

Pour ce faire, les deux femmes ont pris le temps de préparer un guide d’évaluation et de traitements destiné à la physiothérapeute junior qu’elles suivront durant leur séjour de 2 semaines. Elles ont rempli leurs valises de formulaires d’évaluation, de programmes d’exercices, de matériel et de livres de référence.

Les deux missionnaires bénévoles sont conscientes que le but de leur présence en terre africaine n’est pas d’imposer leur façon de faire, mais désirent tout même laisser leur marque. « On va apprendre d’eux pour relativiser et peut-être même ralentir un peu », espère Amélie.

L’avenir du projet

À quelques heures du départ, les deux femmes se disent habitées par un état d’ambivalence entre la sérénité et la fébrilité. « On a hâte de pouvoir partager nos connaissances », relance Isabelle.

Selon Amélie, une mission comme celle-ci est accessible à tous ceux et celles qui ont le goût de l’inconnu et à cœur le rayonnement de la physiothérapie. « Il faut que les physios s’engagent un peu plus », souligne celle qui voudrait bien voir l’organisme Physiothérapie Sans Frontières exister encore pour plusieurs années.

Pour en savoir plus

Physiothérapie Sans Frontières est née en 2012 de la collaboration de Terre Sans Frontières et la FCPPQ.