Devenir coopérant international en réadaptation

SAMSUNG CAMERA PICTURES
11 mai 2015 / Par / 1 Commentaire

Celui ou celle qui choisit de travailler dans le domaine de la physiothérapie, choisit inévitablement la relation d’aide comme vecteur d’épanouissement professionnel. Une qualité sur laquelle mise l’organisme de coopération internationale Terre Sans Frontières pour recruter ses volontaires au sein des prochaines missions de Physiothérapie Sans Frontières.

En pleine campagne de recrutement, la chargée de projet Annie Durand explique en quoi consiste leur programme de volontariat en réadaptation.

Parallèle : Depuis quand Physiothérapie Sans Frontières existe?

mission2

Depuis 30 ans, l’organisme de coopération internationale Terre Sans Frontières a contribué à la réalisation d’environ 4500 projets de développement durable. Crédit photo: TSF

Annie Durand: Le volet Physiothérapie Sans Frontières existe au sein de Terre Sans Frontières depuis 2011.

Parallèle : Pourquoi avoir développé un volet réadaptation au sein de votre organisme? 

AD: Au début, la demande est venue de membres de la Fédération de la physiothérapie en pratique privée du Québec. Nous avons par la suite lancé le projet de Physiothérapie Sans Frontières et débuté des missions exploratoires pour chacune des destinations.

Parallèle : Comment Physiothérapie Sans Frontières peut faire la différence?

AD: L’intérêt n’est pas de défendre seulement la physiothérapie. En fait, la différence qui peut être amenée par Physiothérapie Sans Frontières est celle de faire du renforcement de capacité auprès de physiothérapeutes locaux. Il s’agit d’une action menée dans le sens du développement durable. Il s’agit de partager ses compétences à des professionnels locaux qui souffrent entre autres du manque de formation continue.

Parallèle : Qui peut devenir volontaire lors de vos missions?

AD: Tout physiothérapeute ou thérapeute en réadaptation physique diplômé et membre en règle de l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec. Nous demandons un minimum d’expérience clinique, mais ça reste toujours du cas par cas.

Parallèle : Quel profil de personne recherchez-vous?

AD: Nous recherchons des coopérants qui ont le sens de l’engagement et qui désirent offrir bénévolement leur expertise. Ces personnes doivent être prêtes à connaître une expérience de vie qui les confrontera à leur confort quotidien. Les participants doivent aussi faire preuve d’une très bonne capacité d’adaptation et être intéressés à travailler dans un contexte interculturel.

TanzaniePSF

Les coopérants doivent être prêts à vivre une expérience de bénévolat en dehors de leur zone de confort. Crédit photo: TSF

Parallèle : À quoi doivent s’attendre les participants?

AD: Tout d’abord, les coopérants doivent s’attendre à vivre une expérience inouïe de coopération internationale. Évidemment, ils devront investir quelques heures de préparation et d’organisation pour mener à terme leur mission. Globalement, les coopérants qui ont participé aux missions passées rapportent avoir été très touchés par l’immense gratitude qui est exprimée par les physiothérapeutes locaux, et par les échanges humains marquants qu’ils ont partagés.

Parallèle : Quelles sont les prochaines missions à l’agenda?

AD: La prochaine mission aura lieu en Tanzanie du 8 au 28 août 2015 prochain. Jusqu’à présent, nous avons un physiothérapeute confirmé. Nous sommes toujours à la recherche d’une autre personne, physiothérapeute ou TRP, qui est capable de communiquer en anglais. Aussi, nous organisont en ce moment une autre mission qui prendra place en Équateur, mais les dates demeurent à confirmer.

tanzanie

Physiothérapie Sans Frontières recherche des thérapeutes pour la prochaine mission qui aura lieu en Tanzanie du 8 au 28 août prochain. Crédit photo: TSF

L’objectif de ces missions est d’offrir des conseils sur la prévention et la promotion de la santé, de l’évaluation, du diagnostic, du traitement et de la réadaptation. Les professionnels doivent s’assurer de soutenir le développement de compétences du personnel local.

Parallèle : Quel genre de financement les volontaires doivent-ils mettre en place?

AD: Le montant d’argent nécessaire peut varier d’une mission à l’autre et selon les besoins de chaque participant. Nous encourageons les coopérants à faire des campagnes de financement pour amasser les fonds nécessaires à leur participation. À ce sujet, nous sommes en mesure de guider la personne intéressée sur les moyens à prendre pour l’investissement monétaire. Il est aussi important à mentionner qu’une bonne partie du montant est éligible à un crédit d’impôt.

Parallèle : Pour ceux qui ne peuvent pas prendre part aux missions, y’a-t-il d’autres moyens d’encourager le travail fait par Physiothérapie Sans Frontières?

Matériel

Les thérapeutes en mission composent avec le peu de matériel disponible sur le terrain. Crédit photo: TSF

AD: Les professionnels peuvent s’impliquer auprès du comité PSF, ou aider à la recherche de financement, tout comme aller cogner aux portes des fournisseurs généreux qui accepteraient de faire don de matériel pour nos coopérants. Nous avons toujours besoin d’outils de traitement et de matériel didactique pour nos missions.

Pour ceux qui désirent vivre l’aventure de coopération   internationale qu’offre Physiothérapie Sans Frontières, vous pouvez rejoindre Mme Annie Durand au a.durand@terresansfrontieres.ca ou au
(450) 659-7717.

À lire aussi: Deux physios sans frontières