La réduction des fractures graves du calcanéum inefficace

Photo:  soccerkrys.
Creative commons.
18 août 2014 / Par / 0 Commentaire

ROYAUME-UNI – Le nombre de chirurgies de réduction ouverte après une fracture sévère du calcanéum pourrait diminuer drastiquement dans les prochaines années.

L’université Warwick en Angleterre a annoncé par voie de communiqué la publication d’une étude sur le sujet dans le British Journal of Medecine. Selon les travaux du Professeur Damian Griffin, la chirurgie après une fracture du calcanéum n’est pas plus efficace qu’une prise en charge conservatrice constituée par la triade classique d’élévation, de glace et d’immobilisation.

Selon l’organisme Arthritis Research UK, cette étude contrôlée randomisée fait partie des plus larges travaux évaluant l’efficacité d’une chirurgie orthopédique. Les chercheurs ont évalué les données provenant de 150 patients dans 22 hôpitaux du Royaume-Uni.

Le professeur Griffin croit que son étude aura un impact significatif sur les futures prises en charge des patients qui présentent une fracture importante du calcanéum : « Il y avait peu d’évidence pour justifier une chirurgie de réduction pour les fractures du talon. Ces chirurgies ont toutefois été pratiquées dans les 50 dernières années. Advenait le développement de nouvelles techniques pour ce type de fracture, je suis d’avis que l’efficacité devrait dorénavant en être prouvée avant de les pratiquer à grande échelle. »

L’évolution fonctionnelle des participants de l’étude a augmenté graduellement pour atteindre un plateau après 18 mois, toute prise en charge confondue. Une majorité de participants souffrait toujours d’un handicap 2 ans après la chirurgie. Dans les 2 groupes, 85 % d’entre eux ont pu retourner au travail avec des tâches modifiées.

Cette étude est financée par l’Université de Warwick, l’organisme Arthritis Research UK, ainsi que les centres hospitaliers Coventry et Warwickshire NHS Trust au Royame-Uni.