50 % plus de chances de subir une blessure musculosquelettique après une commotion

Photo: Catania-Inter. License CC
27 août 2014 / Par / 0 Commentaire

Une équipe de recherche suédoise s’est penchée sur l’incidence des blessures orthopédiques après une commotion cérébrale. Les résultats de leurs travaux, publiés dans le Journal of Sports Medecine, établissent un lien clair entre ces deux types de blessures.

Les blessures dans les sports de contact comme le football, la boxe ou le rugby sont monnaie courante. L’intérêt grandissant pour les commotions cérébrales chez le sportif a aussi attiré l’attention sur les activités sportives en général comme le soccer, dont l’intérêt ne cesse de grandir au Québec et ailleurs dans le monde.

Les scientifiques de l’université d’Umeå ont passé en revue les registres médicaux de 46 équipes de soccer professionnel européennes sur une période de 11 saisons. Cette étude fait partie de travaux prospectifs plus larges financés par l’Union des associations européenne de soccer.

Toutes les blessures, incluant celle pour qui un arrêt partiel du jeu ou de l’entraînement était requis, ont été consignées dans le registre de chacune des équipes. Les données provenant de 1665 joueurs, totalisant 8695 blessures, ont donc pu être compilées.

L’analyse de ces données démontre que les 66 joueurs victimes d’une commotion cérébrale ont eu 2 fois plus de blessures orthopédiques que les autres joueurs ayant subi une autre atteinte.

Les scientifiques ont aussi observé une augmentation graduelle du risque de blessures dans la première année suivant les atteintes neurologiques.

À la lumière de ces résultats, l’équipe de recherche recommande d’évaluer les fonctions cognitives pendant au moins un an chez les joueurs qui ont subi une commotion cérébrale.

« Puisque les symptômes de commotion sont souvent subtils, des tests cognitifs présaison couvrant divers aspects neurologiques seraient grandement pertinents pour déterminer si un athlète est en mesure de retourner au jeu », peut-on lire dans l’article.

 

Pour en savoir plus

Nordström A, Nordström P, Ekstrand J. Br J Sports Med Published Online First: [2014-08-26] doi:10.1136/ bjsports-2013-093406