Appareils d’électrothérapie: vigilance pour les cliniciennes enceintes

a
10 septembre 2014 / Par / 0 Commentaire

Les cliniciennes enceintes devraient éviter de rester à moins de 1 cm de distance des appareils d’électrothérapie lors de la prestation de traitement. Cest ce que propose la chercheure Chantale Dumoulin avec les résultats de son projet d’expérimentation sur les champs magnétiques à l’Université de Montréal.

Les thérapeutes, tout comme la population en général, sont quotidiennement exposés aux champs électromagnétiques générés par les appareils électriques de la vie domestique et professionnelle.

L’intensité de ce champ varie selon la fréquence, la longueur d’onde et la distance par rapport au lieu d’émission. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, les champs électromagnétiques de grande amplitude peuvent avoir des effets indésirables sur la santé humaine. Par précaution, elle recommande de limiter l’exposition des personnes à risque telles que les femmes enceintes, les enfants ainsi que les personnes électrosensibles.

En clinique, les appareils de type Endomed ou Respond Select, utilisés comme courant interférentiel, stimulation électrique ou TENS, produisent un champ électromagnétique invisible au même titre que les appareils électroménagers, les téléphones cellulaires et les routeurs Wi-Fi.

Peu de normes établies

Certains chercheurs ont déjà tenté de mettre en lumière les effets indésirables des champs électromagnétiques chez les physiothérapeutes enceintes. Par contre, les résultats sont variables, et les corrélations entre le nombre de faussescouches, le petit poids à la naissance et les malformations congénitales restent à prouver.

Dans le cadre de son expérimentation, la physiothérapeute et chercheure Chantale Dumoulin a voulu mesurer le champ électromagnétique émis par certains appareils d’électrothérapie à l’aide d’un champmètre magnétique Narda ELT 400. Au total, quatre appareils couramment utilisés en clinique ont été évalués (TENS et courant interférentiel via l’Endomed 482, la stimulation électrique via le Respond Select et le TENS via EMPI).

Les conclusions :

  • Le champ électromagnétique diminue en s’éloignant de la source d’émission 
  • Les intensités mesurées par le champmètre sont plus grandes à l’arrière et sur les côtés de l’appareil 
  • Les appareils portatifs ont des valeurs plus faibles que les non-portatifs 
  • Relier les câbles de transmission réduit les mesures du champs électromagnétique.

Toutes les mesures prises dans le cadre de cette expérience sont grandement inférieures au seuil acceptable de l’International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection (ICNIRP).

La chercheure propose tout de même de réfléchir sur les dangers potentiels concernant le fœtus étant donné le manque d’études inhérentes à ce sujet. À titre préventif, et en lien avec les valeurs de son expérience, elle recommande aux cliniciennes enceintes de se tenir à plus de 1 cm des appareils d’électrothérapie, d’utiliser des appareils portables et de relier lorsque possible les câbles de transmission.

Pour en savoir plus

Dangers liés à l’exposition des ondes électromagnétiques
www.electrologic.umontreal.ca/dangers_ondes_electromagnetiques.htm

Santé Canada : les champs électriques et magnétiques
www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/radiation/cons/electri-magnet/index-fra.php

Centre international de recherche sur le cancer (CIRC)
monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol80/volume80.pdf

International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection (ICNIRP)
www.icnirp.de/