Un programme d’exercices pour les enfants atteints de cancer

mamanetfille_Spigoo
22 avril 2014 / Par / 0 Commentaire

Avec son équipe, le Dr Freerk T. Baumann a jugé nécessaire de passer au peigne fin les recherches publiées en oncologie pédiatrique afin de mettre en lumière le bénéfice des exercices chez les enfants cancéreux. Pour l’instant, les résultats permettent de dire que l’entraînement thérapeutique est faisable et sécuritaire.

Il est largement connu que l’activité physique joue un rôle essentiel dans le développement physiologique et psychologique des enfants. L’exercice thérapeutique en oncologie pédiatrique est donc particulièrement important. Bien qu’il existe un consensus dans la littérature scientifique sur les bienfaits de l’exercice sur les patients cancéreux adultes, il n’existait pas à ce jour de revue systématique résumant les effets de l’activité physique en oncologie pédiatrique.

Une équipe de 3 chercheurs a donc analysé 17 études portant sur les interventions cliniques d’exercice en oncologie pédiatrique. Les résultats, qui ont été publiés à la fin de l’année 2013 dans la revue Pediatric Research, portent sur 257 enfants diagnostiqués d’un cancer. La plupart des études ont été menées pendant le traitement médical anticancéreux.

Les résultats confirment que les interventions axées sur les exercices cliniques sont faisables et sécuritaires, en particulier avec les jeunes patients atteints de leucémie lymphoblastique aiguë. Aucune des études analysées ne décrit d’effets négatifs secondaires liés à l’exécution d’un programme d’exercices.

Un début

La comparaison des résultats demeure toutefois difficile. Puisque la méthodologie, les résultats et les paramètres d’évaluation varient considérablement d’une recherche à l’autre, l’équipe de chercheurs n’émet pas de déclaration précise quant aux bénéfices exacts des exercices chez les enfants cancéreux. Même si toutes les études analysées font état d’effets positifs variés, le Dr Baumann recommande de poursuivre les recherches en portant une attention particulière à la qualité méthodologique.

Il insiste aussi sur l’importance des aspects spécifiques à cette clientèle tels que les capacités cognitives, la croissance, l’adolescence, la réinsertion dans des groupes de pairs, l’école et le sport. Pour le chercheur, les études ne doivent pas seulement démontrer que les interventions thérapeutiques sont faisables et sécuritaires, mais qu’elles sont aussi réalistes et transférables afin que les enfants atteints de cancer et leur famille soient en mesure de les intégrer dans leur vie quotidienne.

Selon Statistiques Canada

▪       Chaque année, environ 882 enfants âgés de moins de 15 ans reçoivent un diagnostic de cancer, et 150 meurent de la maladie ;

▪       Le cancer est la deuxième cause de décès par maladie chez les enfants canadiens ;

▪       Les types de cancers diagnostiqués chez les enfants canadiens sont la leucémie (33 %), le cancer du cerveau et du système nerveux (20 %) et les lymphomes (11 %) ;

▪       Le taux de survie au cancer chez les enfants s’est grandement amélioré, passant à 82 % au début des années 2000. Le taux de survie après cinq ans s’est aussi amélioré pour plusieurs types de cancers infantiles ;

▪       Le cancer infantile est plus fréquent chez les garçons que chez les filles.

Pour en savoir plus

Baumann, F.T., Bloch, W. and Beulertz, J. Clinical exercise interventions in pediatric oncology: a systematic review. Pediatric Research 2013 ; 74: 366-74.